AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 ~Histoire de GE de Rúmilian Finwë~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jana Staurian
Rabbit! Rabbit! I like rabbits!
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 03/08/2009
Age : 26

Feuille de personnage
Sexualité: Hétérosexuelle
VDM:
Coté coeur ? :

MessageSujet: ~Histoire de GE de Rúmilian Finwë~   Sam 15 Aoû - 17:36



Histoire De Gil-Estel



    Dans le Nottinghamshire en l'an 1199, siégeait à la suite de Richard Cœur-de-Lion un roi chaotique. Le dénommé Henry Cœur-de-Lion, fils direct de Richard. Est un homme peu apprécié, il voulait entrer dans l'histoire par de hauts-fait d'armes tout comme son père, mais Henry ne partira jamais faire de croisade.

    Bien sûr, qui dit Richard Cœur-de-Lion, dit Robin de Loxeley, alias Robin des bois, mais, au moment de cette histoire, ce héros populaire n'était déjà plus de ce monde. Cependant, il avait laissé deux enfants en ce bas-monde : sa fille et son fils, Mélodie et Jean. Tout deux grandiront dans le village d'Edwinstowe. Les vingt premières années de leurs vies, jamais ils n'entendirent parler de leurs pères, jusqu'à ce fameux jour...

    Dans la forêt de Sherwood, Mélodie et Jean faisaient une course à cheval jusqu'au village. Ils avaient alors respectivement 20 et 23 ans. Une fois qu'ils furent enfin arrivés au village ils allèrent voir leur mère qui se faisait vielle et fragile. Les deux jeunes gens venaient lui apporter des fleurs et des fruits qu'ils avaient trouvés dans la forêt, à peine étaient-ils arrivé que leur mère avoua avoir quelque chose à leur dire, une fois que tout deux s'étaient rapprochés, la vieille femme, leur raconta toute l'histoire sur leur défunt père : Robin des Bois.

    En écoutant ce récit, Mélodie fut fasciné, cependant Jean ne paraissait pas aussi enjoué. Il partit alors pour se promener aux abords du village, Mélodie le suivi en essayant de lui parler, mais ce dernier ne voulait rien entendre et c'est seulement quand ils s'approchèrent de la forêt qu'un énorme nuage de fumée s'éleva dans le ciel, cette fumée venait des soldats du Maréchal Vonbergh. Ils venaient de nouveau saccager le village. Mélodie voulut aller aider les villageois, mais son frère l'en interdit. Bientôt ils virent des villageois courir dans leur direction, afin de s'enfoncer dans la forêt, Mélodie et son frère les suivirent, il n'y avait pour eux aucune autre solution.

    Deux jours de marche pour trouver un endroit au plus profond de la forêt, puis quand ils levèrent les yeux, ils furent tous époustouflé. Une véritable ville dans les arbres se tenait là, se fut Mélodie qui grimpa la première à une échelle de corde. Elle se balada sur les ponts de bois, toute joyeuse, mais ce ne fut que de court duré, elle repensa à sa mère qui devait sûrement avoir été assassinée. Elle se retint de pleurer, puis entra dans des cabanes, elle remarqua les gravures sur un petit bouclier de bois poser contre un mur elle s'en approcha et les déchiffra : Sherwood, le village de Robin des bois. Pour Mélodie c'était évident, c'était le village qu'avait construit son père, elle sortit de la hutte le bouclier en main et parla à tout le monde. Elle leur dit qu'il était temps de faire revivre ce village, qu'il était temps de protéger les innocents ! Jean n'était pas de cet avis, mais il n'en afficha rien, il aida même à la rénovation du village.


    Cela dura, un peu plus de deux semaines, mais le travail était splendide, puis après ce travail formidable, Mélodie et son frère allèrent au village, les traces du massacre étaient toujours visibles. En plus des soldats patrouillaient, un avisa Mélodie et Jean, qui étaient tout deux emmitouflés dans des capes, Jean retira sa capuche arrêtant le geste du soldat.

    - Monsieur je ne saurais que trop vous déconseiller, ma jeune sœur est atteinte par la peste...

    Le soldat écœurer les laissa passer, les deux jeunes gens allèrent trouver de vieux amis à eux. Ils leur demandèrent de leur donner deux chevaux et quelques provisions, bien sûr ils acceptèrent. Une vielle dame dit tout bas à Mélodie qu'elle était bien la fille se son père.

    Puis Mélodie et Jean retournèrent au village dans la forêt de Sherwood, quand ils y arrivèrent Mélodie était folle de rage, elle dit tout haut qu'il fallait faire quelque chose. Jean lui demanda ce qu'une dizaine de vieux et deux gamins à leur tête pouvaient bien faire contre les soldats du Maréchal Vonbergh. Mélodie ne se laissa pas démonter et pendant presque deux heures c'est deux là se disputèrent. Pendant presque deux mois ils ne se parlèrent plus.

    Au château le Maréchal Vonbergh réfléchissait, on recherchait toujours Mélodie et Jean de Loxeley, tant que leur tête fut mise à prix. Mélodie en fut tout de suite mise au courant, elle le dit à son frère, mais cela ne fit que raviver la flamme de la dispute entre eux et c'est ainsi que son frère partit du village la laissant seul.

    Qu'allait-elle faire à présent ? Seule et qui plus est, traqué par la garde ? Elle n'en savait rien, mais elle mit en place des dispositifs pour surveiller la forêt et grâce à cela elle sut quand et où, il y avait des déplacements. Et comme son père elle faisait le bandits de grands chemins, elle restait sur le bord de la route, à moitié déshabiller et attendait que la calèche passe. Le noble demandait de descendre et il s'approchait de Mélodie lui demandant ce qu'il s'était passé, Mélodie répondait qu'elle venait de se faire dépouiller. Le noble dans un élan de compatis la fait monter dans sa voiture et c'est là que Mélodie frappe et c'est elle qui dépouille le noble de ses riches apparats puis s'en repars. Bien souvent trop lâche les nobles n'ose aucunement protester, certains tombent sous le charmes de la demoiselle et repasse parfois.

    Bref, tout allait bien, jusqu'au jour où elle revint au village après avoir dépouillé un noble, mais le sourire qu'elle affichait disparut, car le village était en cendre, ses compagnons ligotés. Et devant elle se trouvait Jean, qui affichait un sourire de victoire, un sourire malveillant.

    - Jean ? Qu'est-ce que cela signifie ?

    - Ne vois-tu donc point ? Petite sœur ? Je me suis rangé... ranger du bon côté, là où on m'apprécie à ma juste valeur.

    - De quoi tu parle ? Et... ce sont les couleurs du Maréchal que tu porte ? Ne me dit pas que...

    - Et si... Mélodie, pauvre petit Mélodie de Loxeley... ou devrais-je dire ? Mélodie des Bois ?

    - Tais toi ! Traître ! Lâche ! Couard !

    - C'est toi qui vas la fermer ! Tu es prise ma petite ! Tu ne peux rien y faire !

    À ces mots le Maréchal Vonbergh sortit de sa cachette, ainsi que des soldats. Jean riait, riait d'un rire mauvais qu'elle ne lui connaissait pas. Il les avait trahis... Mélodie n'en revenait pas, son propre frère ! Avec une agilité époustouflante elle monta à un arbre, se cacha dans une hutte et y resta tapis. Les soldats dirigèrent tous leurs arbalète vers cette hutte, mais avant que Jean n'ai pus dire un seul mots Mélodie avait déjà réapparut sur le pont et avait lancé une flèche dans l'épaule de son frère, puis se fut une deuxième, mais pour le Maréchal qui l'évita.

    Les soldats armèrent leurs arbalètes et tirèrent, mais Mélodie s'était déjà enfui. Des soldats la suivirent, mais beaucoup tombèrent dans des pièges alors qu'elle, elle les évitait. Ses compagnons qui étaient ligotés furent emprisonner, mais ils avaient crié à Mélodie de les laisser. Elle avait tant hésité à les laisser entre les mains de son frère et du Maréchal Vonbergh, elle courait toujours la peur en ventre et la haine dans le cœur. Puis tout d'un coup elle trébucha et quelqu'un la tira sous une couverture de feuille, camouflage astucieux. Elle senti qu'il y avait une main contre sa bouche, mais ne protesta pas, elle resta immobile, elle entendit un murmure près de son oreille.

    - Mon maître veut vous parler, mais avant il faut faire partir tous ces soldats... restez calme...

    Puis plus rien, juste le son de leurs deux respirations. On entendait les pas de soldats marcher et parler aussi, ils se demandaient comment elle a pu disparaître ainsi, bientôt ils parlèrent de fantômes ils commençaient à avoir peur. Puis devant le groupe de soldats qui poursuivaient Mélodie apparut un homme dans une armure bien étrange, le plus étrange c'est qu'il avait deux ailes dans le dos. De fausses ailes bien sûr, mais les soldats ne le savaient pas. Il commencèrent à prendre peur, l'inconnue ne fit que leur sourire puis une voix se fit entendre sans que l'inconnu ne bouge les lèvres.

    - Vous ! Pauvres pêcheurs ! Comment avez-vous bien pu tuer une jeune fille innocente ?

    - Seigneur dieu ! Pardonnez nous !

    - Ferme là ! Je suis l'envoyé de dieu et il ne peut vous pardonner pour cela !

    - Mais... monseigneur ! Nous n'avons fait qu'obéir !

    - Hors de ma vue !

    Les soldats se mirent à s'enfuirent en courant, l'homme aux ailles se mit à rire aux éclats et bien d'autres personnes sortirent de sous des couvertures poser sur le sol, quelqu'un perché sur un arbre sauta à terre. Mélodie put se relever et regarda l'homme aux fausses ailes, mais elle ne voyait que son dos, de plus quelqu'un retirait ces ailes faits avec des plumes de cygnes. Quand il se retourna elle banda son arc vers lui, cet homme ressemblait traits pour traits au Maréchal Vonbergh. Des hommes se placèrent devant lui, d'autres attrapèrent Mélodie et lui firent lâcher son arc. Puis celui qui avait été visé par l'arc de Mélodie prit la parole sans se défaire de son sourire.

    - Hé bien damoiselle ? C'est ainsi qu'on remercie son sauveur ?

    - Je ne remercie pas le Maréchal Vonbergh...

    Et elle cracha par terre, l'homme à l'armure resta perplexe un instant puis se mit à rire. Il s'approcha de Mélodie qui lui lançait un regard noir.

    - Mais je ne suis pas ce pauvre crétin de Ulrich Vonbergh ! Je suis son frère jumeau ! Vous savez ce que c'est, n'est-ce pas ? Votre frère est votre jumeau normalement, enfin bref ! Vous êtes amusante jeune damoiselle, laisser moi me présenter. Dimrost de Vipre.

    - Son jumeau ?

    - Oui, j'ai été renier par ma mère, qui de surcroît m'a abandonné à une pauvre femme qui gardait son bébé mort née... Pauvre femme, devenue folle, mais que je considérais comme ma mère... bref peut importe !

    - Vous lui ressembler tellement... sauf que vous avez une oreille bizarre...

    - Ha... oui. Rien de bien grave, j'ai perdu un bout de cette oreille quand j'ai combattu une louve une fois.

    Il demanda à ce qu'on relâche Mélodie, celle-ci était abasourdie. Mais elle était surtout affaiblie, ses jambes se dérobèrent, mais avant qu'elle ne tombe quelqu'un la rattrapa. Elle fut allongée à l'arrière d'une charrette couverte et des femmes s'occupèrent d'elle. Dimrost voulus jeter un coup d'œil à l'intérieur, mais Elerinna, sa dulcinée lui envoya un coup dont il se rappela longtemps. Elle sorti de la charrette et le menaça du doigt, lui disant qu'être une femme c'est très dure, surtout quand on doit combattre ou fuir une horde de soldat. Puis après avoir appuyé son doigt violemment sur le front de Dimrost, elle retourna auprès de Mélodie.

    Dimrost resta comme un benêt en plein milieux du chemin, regardant la charrette s'en aller, des gens riaient aux éclats, jamais on avait vu Elerinna aussi furibonde. Puis Dimrost reprit ses esprits et lança un regard noir a ceux qui riaient, ils fermèrent leurs caquets du coup. Puis à la fin du jour tout le petit groupe fit une pause, Mélodie se réveilla, que s'était-il passer ? Ce fut Elerina qui fut la première à lui répondre.

    - Tu t'es simplement évanouis, les femmes et moi on s'en ai occupé.

    - Ha ? Heu pourquoi ?

    - C'est une chose à ne pas dire devant les hommes viennent je vais t'expliquer.


Dernière édition par Mélodie de Loxeley le Jeu 20 Mai - 7:01, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-of-power.forumactif.com
Jana Staurian
Rabbit! Rabbit! I like rabbits!
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 03/08/2009
Age : 26

Feuille de personnage
Sexualité: Hétérosexuelle
VDM:
Coté coeur ? :

MessageSujet: Re: ~Histoire de GE de Rúmilian Finwë~   Sam 15 Aoû - 17:37

[suite]



    Puis elle emmena Mélodie plus loin pour lui expliquer certaines petites choses. Dimrost resta allonger devant le feu faisant la moue, il n'avait pas envie de se faire mater une nouvelle fois par Elerinna. Certains se mirent à rire de nouveau, mais Dimrost ne dit rien, plus tard les deux jeunes filles revenaient en riant, Dimrost décida d'aller leur demander ce qui les faisait rire. Et une nouvelle fois Elerinna humilia Dimrost, il s'énerva et tourna le dos à Elerinna, mais celle-ci n'avais d'yeux que pour sa nouvelle amie. Puis Dimrost alla trouver son cheval et il détacha de sa selle une lyre et revint près du feu de camp en chantant, certains se mirent à ricaner d'autres affichèrent un sourire amusé. Beaucoup savait que Dimrost était amoureux d'Elerinna, car c'était la seule femme à lui tenir tête, mais Elerinna ne voulait jamais rien dire. Bref, Dimrost chantait pour elle se soir, il s'agenouilla et lui chanta une douce chanson d'amour qui continua par quelque chose de plus rythmé. Elerinna souriait tendrement à Dimrost, mais il disparut quand ce dernier chanta quelque chose qui n'avait rien à voir avec le début de sa chanson, mais d'autres l'accompagna de vielle ou luth. La soirée se termina en fête, puis le lendemain matin aux premières lueurs de l'aube il n'y avait qu'une personne debout, c'était Dimrost. Il semblait triste, il était devant le petit ruisseau il était tellement perdu dans ses pensées qu'il n'entendit pas Elerinna approcher. Elle le regarda un instant, puis elle vint l'enlacer.

    - Dimrost... je ne t'ai jamais vu ainsi, qu'est-ce qui peut bien te rendre aussi triste ?


    - Ho, salut Elerinna...

    - Dimrost ! Ressaisit-toi, bon sang !

    - Hey ! Me crie pas dans les oreilles !

    - Dimrost... je n'aime pas te voir comme ça... dit moi... dit ce qui ne va pas...

    - Dire que Mélodie aussi a été trahi...

    - Que veux-tu dire ?

    - Le maréchal Vonbergh... c'est mon frère jumeau... notre mère m'a renié toute sa vie, je n'ai pas été abandonner par cette femme... non j'ai fugué par moi-même.

    - Je croyais que...

    - J'ai menti...

    - Où irons nous Dim' ?

    - Je ne sais pas encore...

    Plus tard quand tout le monde était réveillé, il fallait partir, mais avant Dimrost fit une annonce. Il dit à tout le monde que c'était Mélodie qui sera à la tête du groupe et on porta Mélodie en triomphe. Tout le monde était d'accord, c'était très bien, sauf que Elerinna passa un savon à Dimrost, lui demandant pourquoi si soudainement ? Car le groupe était comme sa famille. Il ne répondit rien, juste un sourire. Elerinna gifla Dimrost puis le sera dans ses bras le traitant d'imbécile, pendant tout le voyage ces deux-là restèrent ensemble, tout le monde se posa des questions.

    Un long voyage ou la troupe de Dimrost traversèrent de grandes plaines, des forêts. Puis un jour alors qu'il fallait s'arrêter la troupe s'abrita sous le feuillage généreux des arbres d'une magnifique forêt. Dimrost et Mélodie décidèrent de repasser en vue les charrettes et autres baluchons, il n'y avait rien d'anormal, la troupe s'était arrêté pour le reste de la journée, ils repartiraient le lendemain vers midi. Puis en milieux d'après-midi tandis que Dimrost restait à veiller non loin du chemin, un vieux pépé passa avec son âne. Il avisa Dimrost puis lui parla.

    - Hé monsieur... j'espère que vous n'avez pas l'intention de traverser la forêt ?


    - Hé bien si pourquoi ?

    - Hé bien, pour la bonne raison que c'est dangereux... je vous conseillerais plutôt la vielle forêt... dans notre patlin on l'appelle Gil-Estel, car en plein milieu se trouve une petite clairière où on peut voir les étoiles. Quand j'étais gamin j'y allais souvent, mais cette forêt est hantée à présent...

    Il fit un clin d'œil à Dimrost et partit sans plus mot dire. Dimrost le regarda passer, puis il se leva et alla voir les autres, il leur dit ce que le vieux lui avait dit plus tôt. Il y eu un vote, que faire ? S'installer dans la forêt de Gil-Estel ou aller plus loin ? Beaucoup protestèrent contre l'idée de voyager encore et votèrent pour l'installation. En fait à ces propos tout le monde vota pour s'installer, alors Mélodie et Dimrost eu un regard de connivence et avec la troupe ils allèrent chercher cette forêt qui était l'une des plus belles qu'ils n'aient jamais vue ! Pendant plus d'un an, une nouvelle ville dans les arbres vus le jour, de nouveaux pièges plus astucieux furent inventer et installer. Peu à peu ils prirent le contrôle de la forêt et surtout donnèrent un nom à la troupe : la troupe de Gil-Estel. De temps à autre ils recueillaient des nouveaux venus, des orphelins en quête d'une famille. Ainsi les temps passèrent, dans les joies, les peines et les rebondissements que la vie réserve.


Dernière édition par Mélodie de Loxeley le Jeu 8 Oct - 17:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-of-power.forumactif.com
Jana Staurian
Rabbit! Rabbit! I like rabbits!
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 03/08/2009
Age : 26

Feuille de personnage
Sexualité: Hétérosexuelle
VDM:
Coté coeur ? :

MessageSujet: Re: ~Histoire de GE de Rúmilian Finwë~   Sam 15 Aoû - 17:46

    Rebondissement ? On pourrais plutôt parler de chute, car Ulrich et Jean étaient de voyages. Ils avaient avec eux une centaines d'hommes en armes, et pour quelques jours ils s'étaient arrêter juste à côté de la forêt de Gil-Estel, ils voyageaient pour aller rendre visite à un seigneur qui dirige quelques terres du royaume.
    Un matin, Jean se leva très tôt, le reste du camp dormait encore. Il allait faire part d'un besoin naturel à un buisson quand il aperçut une ombre dans les fourrées, il se rhabilla et la suivit. Cette ombre tentait de le semer, mais il était bien plus malin, mais tandis qu'elle se mis à courir l'ombre trébucha, il en profita pour lui sauter dessus. Il découvrit le visage de sa soeur, sous un masque, il resta perplexe pendant un moment puis un sourire sadique naquit sur ses lèvres. Il se releva et la fit se lever avec lui, il prit une corde qui était à sa ceinture et lui attacha les mains dans le dos, ensuite il lui ordonna de le suivre. Ainsi ils allèrent tout deux au campement, Jean fière fit réveiller Ulrich il attacha Mélodie dans sa tante, Ulrich arriva se demandant pourquoi on l'a réveiller si tôt mais quand il vit Mélodie il changea d'humeur.
    Quelle victoire que d'attraper aussi facilement une renégat, Mélodie cracha devant les pieds d'Ulrich, ce dernier s'abstint de la frapper. Puis ils la laissèrent, Jean et Ulrich se mirent à discuter, comment Mélodie payerait pour ses méfaits ? Ulrich voulais la mettre sur le billot, Jean ne dit rien il aurait voulus une mort moins dégradante, c'était tout de même sa soeur, et puis elle n'avait pas fait grand chose en fin de compte. Bon elle lui avait tout de même envoyer une flèche dans l'épaule, mais... mais ça ne changeait rien elle était tout de même une renégat.
    Du côté de la troupe tout se passait bien, la vie allait bon train, tandis que les vieux se reposaient les jeunes s'entraînaient à manier l'arc ou l'épée, personnes ne s'inquiétait de l'absence de Mélodie, du moins pas pour l'instant. Et ce n'est pas Dimrost qui s'en inquiéterait dans l'heure, Elerinna venait de l'enfermer avec elle dans une des cabanes les plus hautes et les plus éloigner, ce dernier se demandait se que pouvais bien lui vouloir cette furie ? En faite, il le sut très vite, après avoir accrocher un ruban rouge sur la barrière de bois elle se jeta sur Dimrost pour l'embrasser. Le reste de la troupe fit comme de rien n'était même si des : "Non Elerinna ! Met pas ta main là!" ou des "Haaa Elerinna !!! Non je t'en pris ! Et le mariage alors ?!". Bref ces deux s'amusaient bien et ceux qui entendaient tout s'en fendait bien la poire !
    Mélodie était toujours attacher dans la tante de son frère, et celui ci la harcelait de question pour savoir où était situer le village, mais elle s'obstinait à ne rien dire. Il est plus facile de se concentrer a ne rien dire plutôt que de se concentrer sur ce qu'on ne doit pas dire.
    Et Mélodie le savait très bien, Jean commençait à s'énerver, il gifla Mélodie et s'en alla prendre l'air, plus tard dans la soirée un soldat entra discrètement dans la tante de Jean.

    - Mademoiselle... ne dite surtout rien, je vient juste vous donner à manger... il faut avoir de l'énergie pour le supporter... Je me demande encore pourquoi je les déserte pas...
    - Hé bien mon garçon... si mes amis me délivre tu pourra venir avec nous, je leurs expliquerais...

    La discution se résuma à ça, le soldat fit manger Mélodie puis s'échappa en vitesse. Jean discuta avec Ulrich, il lui dit que Mélodie ne voulait rien dire, Ulrich garda son sang froid. Elle finira bien par dire quelque chose, Jean répliqua que sa sœur pouvait être bornée, puis il partit.
    La nuit commençait à tomber, Dimrost était toujours aux prises avec Elerinna, quand il sortit affubler d'un simple pantalon il dévala une échelle et s'éloigna le plus possible de la jeune dame. Criant à tout va qu'elle était folle, et surtout trop endurante à ce jeu. Puis plus tard Elerinna sortit de la cabane et alla le revoir, il jouait à un jeu de carte avec un ami, elle lui fit un câlin et embrassa son cou, jamais Elerinna s'était conduite ainsi tout le monde se mis à rire et à taquiner Dimrost pour son plus grand malheur. Puis il demanda si quelqu'un à vu Mélodie, les rires se stoppèrent net, il n'y eu que des réponses négatives, puis un jeune garçon âgée d'à peine 17 ans lui dit qu'elle était partit voir les clairière en éclaireur. Cet argument déplu à Dimrost, il posa ses cartes monta dans sa cabane pour mettre quelques habits et alla la chercher, il partit vers les plaines tandis que d'autres allèrent voir le reste de la forêt.
    Dimrost faillis sortir de la forêt quand son ami Joé le stoppa net, il lui montra les tantes et Dimrost comprit tout de suite, il se déplaça pour voir quel était les étendards. Quand ils furent assez près Dimrost reconnu immédiatement les couleurs des étendards, c'était son frère et une ancienne rancœur reprit feu au fin fond de lui. Dimrost était bon mais quand il s'agit de son frère c'est un tout autre homme, ils attendirent que les soldats s'endorment tous, puis il distingua un jeune homme, sans doute Jean, ce jeune homme avait quelque chose à la main qui s'avéra être un bout de tissu, qu'il jeta violemment à terre avant d'entrer dans une autre tante plus loin.
    Le moment propice, il fit une roulade et se retrouva derrière des tonnelets, il avança prudemment se cachant à n'importe quel coin de tante. Puis arriver à la bonne tante il se glissa en dessous de la toile et découvrit un jeune soldat donner à manger à Mélodie qui fut enchanté de sa visite.

    - Chute!!! je vais te remplacer... et vous jeune homme... merci on vous épargnera.
    - Dim'! attend il viendra avec nous, d'accord ?
    - Hum... oui mais s'il nous trahis...
    - Pas de chance monsieur... je déteste autant que vous le commandant Vonbergh.
    - C'est bien mon petit... et une chose, c'est mon frère jumeau ! Mais c'est exacte je le déteste.
    - Qu..e quoi ?!
    - Chut !!! Bon va t'en à présent !

    Le jeune soldat partit, pendant ce temps Dimrost détachait déjà Mélodie. Dans un coin de la tante il trouva une dague, Mélodie s'échappa vite fait après avoir dit à Dimrost de rester prudent. Il lui fit un grand sourire, qui s'effaça bien rapidement quand elle fut hors de vue, il se mis à la place de Mélodie et cacha la dague.
    Un peut plus tard se fut Ulrich qui entra dans la tante. Tout de suite il fut perplexe puis après il montra les dents et se jeta sur l'inconnu.

    - Raaah maudit soit tu !
    - Tu à volé mon enfance ! Mère et toi m'avez renier !
    - Quoi ?! Encore toi ? Raah je vais pouvoir t'éliminer une bonne fois... pour toute!

    Il se tapèrent dessus, pendant ce duel acharner ils sortirent de la tante. Les gardes étaient déjà réveillé et s'activaient, mais Ulrich qui se releva en même temps que son frère hurla l'ordre de ne pas s'en mêlé. Alors à l'ordre les soldats firent une ronde autour des deux duelistes, Dimrost retira son masque et le jeta à terre. Les soldats furent effrayer puis perplexe, puis tandis qu'il se jetaient de nouveau l'un sur l'autre les soldats ne savaient plus reconnaître qui de qui.
    A coup de poings, de morsures ou d'autres coups, les deux chiffonniers se battirent à grand coups. Puis Dimrost sortit la dague et l'enfonça dans le bras d'Ulrich qui hurla de douleur, Dimrost tourne la lame dans la plaie de qui arracha plus de cris à son frère, puis il la retira sans douceur et fit une belle entaille sur le visage de son frère.
    Puis on entendit un bruit aigu, et une flèche se planta dans le bras de Dimrost qui se releva serrant les dents pour ne pas crier, puis il s'enfonça dans la foule autour d'eux et s'enfuit en courant. Par chance il ne fut pas suivit, il ne s'enfonça pas dans la forêt mais il alla dans le village voisin.

    Deux semaine plus tard, on entendait plus parler de Dimrost depuis le fameux soir. Mélodie lui redevait beaucoup, et de plus Elerinna venait de se rendre compte d'une chose : elle portait la vie. Et oui, elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même, mais bon au moins s'était avec celui qu'elle aime qu'elle avait fait ça, alors pour elle pas de soucis si ce n'est que l'inquiétude l'habitait plus que les autres. Parfois elle craquait s'effondrait dans les bras de Mélodie et pleurais se lamentant de ne plus jamais le revoir.
    Puis il revint, il avait cependant une balafre au visage, pas encore guéris, il avait un bras bandé aussi. Elerinna se jeta sur lui pour l'enlacer, elle avait les larmes aux yeux, peut importe s'il était défigurer il resterais le même. Elle l'embrassa tendrement, après le baiser il lui susurra qu'il voulait l'épouser, sur le champ, mais elle protesta. Il n'y avait aucun préparatifs et on devait faire sa robe ! Il se mit à rire et dit qu'ils se mariaient quand les préparatifs serons fini, elle ajouta de plus qu'elle était contente que le père de son enfant soit vivant.
    Il dit qu'il était tout aussi heureux.
    Mais je crois que vous avez aussi compris, ce n'était pas le vrai Dimrost, c'était Ulrich qui se faisait passer pour son frère, chose facile semblerait-il. Une semaine, puis une autre et au bout de trois jours en plus le mariage fut enfin fêter ! Elerinna aux côtés de celui qu'elle croyait aimer souriait une main sur son ventre. Mais au moment où on cita : "Si quelqu'un souhaite dire quelque chose pour s'opposer à cette union qu'il le dise ou se taise à jamais". Et oui, quelqu'un parla, le vrai Dimrost se mis à hurler.

    - Elerinna éloigne toi de cet homme ! Il n'est pas le cher père de ton enfant !
    - Comment peut tu le prouver !?
    - Regarde son oreille droite, normalement le vrai Dimrost à perdus un morceau quand il s'est battus contre un loup à l'âge de 16 ans ! De plus tire sur ses cheveux ils sont court !

    Elerinna n'en fit rien c'est quelqu'un d'autre qui regardait l'homme à côté d'Elerinna d'un regard noir qui le fit. Effectivement ses cheveux étaient court, et son oreille droite était entière.
    Au moins trois personnes se jetèrent sur Ulrich pour le mettre à terre, Elerinna se mis à pleurer, Dimrost alla la prendre dans ses bras, le vrai cette fois, le doux, le gentil.
    Mais il se releva et regarda son frère d'un regard si noir que Mélodie apercevant ce regard en sursauta. Dans un mépris le plus profond Dimrost parla.

    - Une fois de plus tu essaye de me voler mes plus beau trésors... Je te tuerais bien sur le champ... mais ce n'est pas un spectacle pour une dame...
    - Tu devrait le faire avant qu'il ne soit trop tard !
    - Ho non... Ulrich... ho non, j'attendrais que tu soit guéris et nous nous reverrons...
    - Sottises !
    - La ferme ! Maintenant va-t-en et ne revient jamais !

    On banda les yeux d'Ulrich et on l'amena dans la forêt voisine, on le garda ainsi. Le campement n'était plus là, il n'y avait qu'un cheval on le mis dessus et Dimrost claqua la cuisse du cheval, le cheval se mis à paniquer et à courir comme un fou.


Dernière édition par Mélodie de Loxeley le Jeu 8 Oct - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-of-power.forumactif.com
Jana Staurian
Rabbit! Rabbit! I like rabbits!
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 03/08/2009
Age : 26

Feuille de personnage
Sexualité: Hétérosexuelle
VDM:
Coté coeur ? :

MessageSujet: Re: ~Histoire de GE de Rúmilian Finwë~   Dim 30 Aoû - 19:14

    Dimrost rentra au village, il dit à tout le monde qu'il fallait bouger le village, le déplacer. Cela provoqua une vague de désapprobation, mais l'argument de Dimrost fut plus fort : et si Ulrich arrivait à retrouver le village ? Là tout le monde compris, puis on commença à plier bagages, Dimrost alla voir sa dulcinée qui pleurait toujours dans les bras de Mélodie.
    Il avait un regard triste et tendre à la fois, il s'approcha d'elle et la serra fort dans ses bras.


    - Ma douce et tendre... te voir ainsi me brise le cœur mille fois...
    - Ho Dimrost... puisse-tu un jour me pardonner ?
    - Mais tout se que tu voudra ma belle... tu à été duper par se traître je ne t'en veux pas...
    - Tu en est sur ?
    - Est tu sourde ? Ou est-ce la chagrin qui t'aveugle ? C'est envers mon frère Ulrich, que ma haine se porte pas contre toi...

    Mélodie les laissa tout les deux, elle posa sa main sur l'épaule de Dimrost un sourire triste sur les lèvres puis partit. Elle alla rejoindre Alphonse, le jeune homme qui avait arracher la perruque d'Ulrich, elle le gratifia de quelques tapes dans le dos et d'un sourire.

    - Alors al' ? Ça fait quoi d'être un héros ?
    - Arrête...
    - Mais si, mais si ! Tu à arrache la vil peruque d'Ulrich Vonbergh !
    - N'importe quoi !
    - Hey reste ! Joé ? Serre nous quelque chose à boire ça se fête tout ça !

    Elle prit Alphonse par les épaules et l'amena boire quelque chose, pendant ce temps Elerinna s'excusait pour toutes les fois où elle à embrasser cet homme, ou elle à dormit à ses côtés, mais Dimrost ne cessait de lui dire de se taire, mais elle ne cessait pas alors il lui prouva son amour en l'embrassant passionnément. Enfin elle se calma.

    Ulrich était toujours sur son cheval, yeux bandé. Il avait beaucoup de mal à rester sur la selle, et il fini par tomber, le cheval partit très loin le laissant au sol.
    Il proféra quelques jurons bien trempés et tenta de se relever, avec grand peine cependant. Une fois relever il tenta de se défaire de ses liens, cars il avait les main attacher dans le dos et son bras gauche lui faisait très mal. Il avait un œil de découvert et heureusement pour lui, bien qu'il ne put se défaire de ses liens il pouvais avancer. Il se mit à marcher et la pluie commença à tomber, Ulrich continua d'avancer bien que le vent et la pluie le fouettait. Où s'abriter quand il n'y à aucun arbre en vu ? Puis à travers le raffut du vent et de l'eau il entendit le galop d'un cheval...

    Les mois passèrent, Elerinna portait toujours l'enfant de Dimrost, mais lors d'un jour de chasse où tout les hommes du village traquaient le gibier et que les femmes restaient au village un orage éclata. Le village avait été déplacer, et reconstruit, la troupe avait trouver un magnifique endroit plus profondément dans la forêt. Mais ce jour là on entendait les corbeaux croasser, le gibier se faisait rare et le ciel était noir. Ce jour semblait couver un malheur, que de mauvais augures de tramait là, tout le monde cachait son anxiété et essayait de se dire qu'il ne se passerait rien.
    Elerinna racontait une histoire aux jeunes enfants du villages, elle était joyeuse et ne semblait pas voir ni ressentir toute cette anxiété. Les hommes divisé en plusieurs groupes ressentait plus ou moins la peur, et l'anxiété du moment. Ils avançaient doucement, car ils savaient très bien que le gibier resterait cacher, les lièvres terrer dans leur trous, les loups et les renards dans leurs cavernes. Dimrost était nerveux, soudainement il aperçut un lièvre courir il le visa avec son arc mais quand la flèche partit il le rata, on lui demanda si tout allait bien il répondit que oui, bien qu'il savait que rien n'allait. Dirmrost ne rate jamais un lièvre à l'arc, et tout le monde le savait, il s'assit sur un tronc d'arbre et laissa les autres s'occuper de la chasse.
    Il pensait à Elerinna, sa douce, qui restait au village, pour on ne sait quelle raison il avait peur pour elle. Pourtant il ne se passait rien, elle racontait quelques histoires de fée et de chevalier, enfin rien, pas au moment ou elle voulus accompagner Mélodie pour ramasser du petit bois, soudainement Elerinna se mit à avoir très mal. En entendant ses cris Mélodie se précipita aux côté de son amie, du sang coula tout le long de la jambe d'Elerinna... elle faisait une fausse couche ! Elle siffla un signal pour appeler Connor le soldat qui les avait rejoint, il accourut et Mélodie lui demanda d'aller chercher Dimrost, à peine Mélodie eu-t-elle dit le nom de Dirmrost que Connor était déjà partit. Connor chercha le groupe de Dirmrost, il trouva un premier groupe qui lui indiqua par où il était, il se mit à courir de nouveau dans cette direction et le trouva enfin. Essoufflé il lui raconta se qu'il se passe, Dirmrost effrayer se leva brusquement et sans mot il courra le plus vite possible au village. Une fois arriver au village Dimrost alla trouver Elerinna, elle était dans une cabane au sol, il s'agenouilla à son chevet lui prenant la main, Mélodie les laissa seuls. Oui, ce jour avait cacher un malheur, et comme si le ciel ne cachait plus rien le vent se leva, emmenant les nuages avec lui, stoppant la pluie et l'orage, et les rayons du soleil perça entre les feuilles des arbres.
    Quand Elerinna fut de nouveau sur pied elle se comportait comme si rien ne s'était passé, on dirait qu'elle ne donnait aucune importance à cet événement alors que Dimrost déprimait et restait toujours seul. Un jour elle vint le voir, une dispute éclata entre eux, on crus qu'ils allaient se séparer mais ce ne fut pas le cas, au bout d'un moment tout s'arrangea mais les assauts de Jean, bientôt appeler "Jean de Nottingham", ne cessèrent pas. Il continuait de mener la vie dure au habitant de la petite ville de bois, qui fut nommé Elwing par la place où elle était placé.
    Mais un jour alors que le jeune couple aidaient un village à surmonter un terrible épidémie, Elerinna contracta la maladie et hélas elle y succomba quelques jours plus tard. Dimrost fut malheureux ensuite, il ne fut plus jamais le même ensuite...
    Mélodie luttait toujours contre son frère et après que Dimrost sombra dans son malheur elle dû s'occuper de tout elle même, c'était dure mais il fallait le faire, et comme si il n'y avait pas assez de malheur dans la vie de se pauvre Dimrost, il fut emprisonner dans les cachots de Nottingham.
    Il y resta un ans tout au plus, avant qu'on ne réussisse à le délivrer, au moins il n'était pas trop amocher, Jean de Nottingham ne savait plus quoi faire mais il ne renonça pas à mener ses assauts. Mais les gens d'Elwing était trop méfiants et sous les ordres de Mélodie, tout se passait très bien, ils évitaient les pertes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-of-power.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~Histoire de GE de Rúmilian Finwë~   

Revenir en haut Aller en bas
 
~Histoire de GE de Rúmilian Finwë~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
War of Power ::  :: >> .Refuge des Invités.-
Sauter vers: